L’improbabilité de l’amour, Hannah Rotschild

Pas de commentaire

Hannah Rothschild – première femme à siéger à la présidence de la National Gallery de Londres – est fascinée par les arcanes du monde de l’art, par la restoration des tableaux, l’évaluation des oeuvres et par les ventes aux enchères. Pages après pages; l’auteure nous entraîne avec brio dans l’histoire mouvementée d’un petit tableau d’Antoine Watteau. Son périple entre les mains d’aristocrates et de monarques à travers le monde, son acquisition par un avocat juif au début du XXème siècle, son vol par un officier nazi chargé de collecter des oeuvres pour Hitler et sa disparition mystérieuse jusqu’à sa réapparition inespérée.

La modeste et candide héroïne du roman c’est Annie McDee. La plus pure aussi. C’est cette cuisinière surdouée qui va par hasard découvrir le petit Watteau. Une trouvaille qui va bouleverser sa vie morose et la projeter au cœur du marché de l’art londonien, au côté d’une société fortunée pour qui la possession n’est qu’un ornement.

(PS: Les droits de ce page-turner, véritable scénario de film ou de série, ont été achetés par Steve Golin le producteur de The Revenant et de Spotlight.)

Hannah Rothschild, L’improbabilité de l’amour, Belfond, 701 pages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s