La Valse des arbres et du ciel, Jean-Michel Guenassia

Pas de commentaire

Nous sommes en 1890 à Auvers-sur-Oise, près de Pontoise, le fief des impressionnistes. A quelques kilomètres, Paris gronde. Polémique concernant la tour Eiffel, antisémitisme croissant, scandale du canal de Panama, rejet des femmes et du renouveau artistique… Cette fin de siècle est une période trouble qui annonce les prémices de la Première Guerre mondiale. Marguerite Gachet a dix-neuf ans, elle rêve de s’émanciper, de ne plus dépendre de ce père autoritaire et froid. Elle veut intégrer les Beaux-Arts ou bien partir à New-York, qu’importe du moment qu’elle peint et qu’elle est libre…

Son père est médecin et il accepte parfois les toiles des miséreux impressionnistes en échange de ses soins. C’est ainsi que Marguerite Gachet va rencontrer Vincent Van Gogh. Elle s’éprend autant du peintre que de ses peintures. Durant les deux mois d’un été, les deux amants vont vivre une passion intense, consacrant leurs journées a peindre dans la campagne et leurs nuits a s’aimer en cachette dans l’auberge du village.

Mais cette aventure romanesque se transforme en drame lorsque le docteur Gachet découvre que sa fille s’enfuit toutes les nuits et qu’elle a été déshonorée par un artiste désargenté.

Jean-Michel Guenassia analyse avec brio le statut des femmes dans la famille en cette fin de siècle : soumise à l’autorité du père puis du mari, mariage arrangé pour que cela profite aux deux familles, il n’y a de place ni pour l’amour, ni pour une carrière. Ce roman ressuscite l’époque des impressionnistes, et propose des pistes intéressantes sur les énigmes entourant Vincent van Gogh : son suicide, les faux, etc.

J’ai retrouvé l’indéniable talent de narration de Jean-Michel Guenassia, ainsi que son imagination débordante et son incroyable travail de documentation. Le plaisir est toujours au rendez-vous, même si, selon moi, ce dernier roman n’attend pas le niveau des précédents, tel que Le Club des incorrigibles optimistes, La Vie rêvée d’Ernesto G et Trompe-la-mort. 

La Valse des arbres et du ciel, Jean-Michel GUENASSIA, Albin Michel, 2016, 19,50 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s